Rechercher
  • Claudine Olivier®

Quelles sont les étapes du développement moteur de l’enfant ? Comment les sorties y contribuent ?

Les sorties à l'extérieur de la crèche sont un moment de découverte et de partage et sont une part importante du projet pédagogique de la crèche Claudine Olivier®. Au sein de notre prématernelle, les enfants ne passent pas 100% du temps à l'intérieur de la crèche et c'est tant mieux car les sorties sont très importantes dans le développement moteur, langagier et psychologique de l’enfant.


Une sortie au square Dupleix, à quelques mètres de la crèche Claudine Olivier®

A travers une série de quatre articles, nous allons aborder les points suivants :

  1. Quelles sont les étapes du développement moteur de l’enfant ? Comment les sorties y contribuent ?

  2. Quelles sont les étapes du développement du langage ? Comment les sorties peuvent y contribuer ?

  3. Comment l'enfant développe son autonomie ? Comment les sorties contribuent à ce développement ?

  4. Comment s’organisent les sorties chez Claudine Olivier®? Éléments pratiques pour les parents.



Apprentissage de la préhension.


L’évolution de la préhension progresse selon deux axes :

- Transversal : du bord cubital (1) en passant par la paume (2) pour aboutir au bord radial (3).

- Longitudinal : de la paume (A) au bout des doigts (B).








Dès 4 mois

L’enfant appréhende le monde extérieur par manipulation et découverte. Cette motricité intentionnelle nécessite une maitrise des muscles oculomoteurs et une coordination oculo-manuelle (Préhension volontaire).

L’objet est tenu entre l’auriculaire et le bord cubital de la main (a) Les doigts sont en «râteau» (b) (Préhension cubito-palmaire).




6-8 mois

L’objet est tenu par la paume et les derniers doigts repliés, aide du pouce (c) (Préhension palmaire), puis l’objet migre de la paume vers le bord radial de la main (d) (Radio-palmaire)

et enfin l’objet est saisi entre les bords latéraux des dernières phalanges du pouce et de l’index (e) (« Pince inférieure »).



8-9 mois

C’est la « pince supérieur » (f) ou « pince fine » (g). L’enfant saisit les petits touts petits objets entres les faces pulpaires du pouce et de l’index. (Préhension radio digitale).




La manipulation et motricité fine.

4 mois

« La main droite ignore ce que fait la main gauche », elles ne font pas la même chose.


5 mois

L’enfant ne peut pas encore tenir un objet dans une main et en saisir un autre. Il doit lâcher le premier pour s’emparer du deuxième.


6-7 mois

Il peut tenir un objet dans une main et en attraper un autre. Il passe l’objet d’une main à l’autre.


8-10 mois

Il attrape de plus petits objets et les tend à l’adulte. Il découvre la notion de contenant (il introduit et retire un objet d’une boite). Il répète sans cesse les mêmes gestes (emboite, encastre, construit).

La dominance latérale peut apparaitre qui montre une préférence pour l’utilisation d’une main, une plus grande habileté et plus grande force dans cette main par rapport à l’autre (stabilisation vers 6-7 ans).


Autour d’un an puis vers 13-15 mois

« L’index » se distingue des autres doigts puis apparaît le « pointé du doigt », l’enfant est capable de montrer l’objet désiré.

Les gestes se précisent et s’affinent (saisit une pastille et l’introduit dans le goulot d’une bouteille). Il expérimente de nouvelles manipulations. Au travers du jeu, il entre en relation avec d’autres personnes et les imite. Il peut porter une cuillère à sa bouche.


De 16-17 mois à 22-23 mois

Le geste s’affine. C’est le début de la participation au déshabillage. Il tourne les pages d’un livre cartonné.


2 ans

Sa participation pour s’habiller, se laver et manger est de plus en plus autonome. Il se lave et s’essuie les mains et la bouche, il enfile un bonnet…Il devient intéressé par les jeux qui associé manipulation et réflexion : encastrements, puzzles simples, constructions (assemblage de cubes).


3 ans

L’enfant commence à utiliser les boutons de ses vêtements (exercice périlleux). Les jeux exercent leur capacité à distinguer formes et couleurs. Début du découpage et piquage (capacité de concentration).



Développement psychomoteur de l’enfant : la motricité globale.


De 7 mois à 8-9 mois

L’enfant cherche à attraper ce qui le stimule physiquement. Son tonus musculaire lui permet de se déplacer en se retournant puis en rampant. Il prend appui sur ses mains et bras et peut ainsi reculer. Il coordonne ses mouvements des jambes et bras pour avancer. Toutes les positions de l’image, conjuguées au développement neurologique, lui permettent bientôt de s’assoir seul, jambe écartée, la colonne vertébrale droite et de s’y tenir. Les mains sont libérées et l’enfant peut attraper et manipuler les objets proches de lui plus aisément.

Il rampe et se hisse sur des reliefs faits pour lui (matelas posé par terre, gros coussin dur…). Il persiste malgré les chutes si l’adulte l’encourage et ne le pousse pas à aller plus vite que son rythme.


Vers 9/10 mois

La marche à quatre pattes (non systématique) : libération des membres inférieurs. Acquisition de la position assise souvent associée à l’expérience de «se mettre debout». Répétition de cette série de mouvements : se lever (avec appui), s’accroupir, se relâcher, tomber doucement sur le sol et recommencer permettant une musculation progressive du dos et des cuisses.


Vers 15 mois

Affirmation de la marche : l’enfant se met debout sans appui. Son désir d’explorer l’amène progressivement vers une autonomie motrice complète qu’est la marche.


Vers 18- 20 mois

Il court, monte et s’aventure à descendre les escaliers. Il grimpe et descend d’une structure. Il enjambe, prend des risques et tape dans un ballon, tire un jouet en marchant etc…. Équilibre encore précaire, chutes fréquentes.


2 ans

Pédale, fait du tricycle. Court rapidement en maitrisant sa direction. Transporte de objets encombrants.



Les sorties chez Claudine Olivier®.


Lors des sorties (au parc notamment), l’enfant, en fonction de son niveau de développement perfectionne ses mouvements et expérimente de nouvelles manières de se mouvoir dans l’espace (mouvements plus amples, course rapide, ramper dans un tunnel d’une structure, monter sur un filet…).





Lire l'épisode 2 de notre série: Quelles sont les étapes du développement du langage ? Comment les sorties peuvent y contribuer ?

Article rédigé par Cécile POUSSIN, infirmière puéricultrice de la crèche bilingue Claudine Olivier®.